Marches Equateur

Sur la route des marchés colorés d’Equateur

A chaque fois que j’organise un voyage sur mesure en Equateur pour un client, la demande qui revient est « merci de m’inclure la visite de marchés indigènes lors de mon périple ». Nous allons voir dans cet article, les principaux marchés colorés d’Equateur. Pour info, nous ne pouvons pas évoquer dans cet article tous les marchés d’Equateur, ce ne sont que quelques exemples.  Ce petit pays coloré est reconnu pour ses marchés indigènes où l’on peut apprécier qui offre aux visiteurs une profusion de couleurs, de sons et d’odeurs exotiques.

Le plus célèbre : le marché d’ Otavalo

A 2h au nord de Quito, se trouve le village d’Otavalo connu principalement pour son marché qui a fait la renommée de ce village entouré de volcans.

Les Otavalenos sont le groupe indigène le plus connu et le plus prospère d’Equateur, ils ont beaucoup travaillé pour exporter la culture andine en Amérique Latine. L’histoire raconte que les Otavaleños sont des fabricants de textiles et des hommes d’affaires talentueux depuis l’Antiquité, avant même l’invasion des Incas. Sous la domination inca au 15ème siècle, Otavalo est devenu un centre administratif important, car de nouvelles cultures et animaux ont été introduits dans la région. Un an après la conquête espagnole, la terre équatorienne a été morcelée aux Espagnols. À Otavalo, Rodrigo de Salazar a installé un grand atelier de tissage («obraje») sur ses terres ; Au milieu des années 1500, elle employait des centaines de travailleurs et produisait une grande partie des textiles utilisés dans l’Amérique du Sud coloniale. Les Espagnols ont introduit de nouveaux outils et fibres dans l’industrie du tissage et, au début des années 1600, l’atelier de Salazar était devenu le plus important du pays.

Le marché d'Otavalo

Le marché d’Otavalo

Le boom du textile à Otavalo a décollé au début des années 1960, quand les Otavaleños travaillant à l’ Hacienda Zuleta ont commencé à utiliser des techniques de tissage introduites d’ Ecosse. C’est ainsi qu’est né le matériau connu sous le nom de Cachemire Otavaleño, qui, avec son prix bas et sa haute qualité, a rapidement trouvé des clients importants dans les villes équatoriennes. Les tisserands ont diversifié leurs produits et se sont rapidement établis dans tout le pays. Maintenant, avec plus de 80% des Otavaleños impliqués dans l’industrie textile, les produits d’Otavalo se trouvent sur les marchés du monde entier, des pays voisins comme le Venezuela et la Colombie au Guatemala et aux États-Unis, en Europe et même en Asie.

Le marché a lieu tous les jours, mais vous pourrez profiter au mieux de ce marché, tous les samedis, le plus grand jour du marché pour les étrangers et la population locale.  Les indigènes utilisent le marché comme leurs ancêtres l’ont fait pendant l’histoire précolombienne de l’Equateur. Le marché est un endroit très intéressant pour découvrir la culture traditionnelle équatorienne et les traditions des Andes. A l’aube, à l’extérieur de la ville, se trouve le marché aux animaux d’Otavalo où vous assisterez à des scènes de déchargements, d’achats, de ventes et de marchandages jusqu’à midi.  Plus tard, vous partirez flâner  dans le marché artisanal situé en ville, à la place des ponchos.

Otavalo ce n’est pas que son marché, ce sont surtout les magnifiques paysages qui entourent ce village. Ne passez pas à coté. Juste après l’animation du marché, vous pourrez vous promener en toute tranquillité jusqu’à la cascade de Peguche, dont les habitants possèdent de grandes compétences en tissage, en agriculture et en musique. Dans la forêt d’eucalyptus qui entoure la cascade,  on peut observer bon nombre d’oiseaux. Peguche est également un lieu sacré et reste un lieu de pèlerinage pour ceux qui viennent se baigner dans la cascade avant les cérémonies religieuses. L’Inca a utilisé la cascade avant de participer au Festival Inti Raymi.

La cascade de Peguche

La cascade de Peguche

Egalement, à voir la Lagune de Cuicocha, caldeira de 3km de large qui se trouve au pied du Volcan Cotocachi. Aujourd’hui, le point culminant de la caldeira s’élève à 3 246 mètres. Sur les côtés se trouvent des plantes indigènes, et dans le bassin de la caldeira, se trouve un lac très alcalin avec deux îles inhabitées qui se trouvent sur la surface. Vous pourrez faire de la randonnée autour de la lagune. Le village de Cotacachi est célèbre pour ses habitants experts dans le travail du cuir.

Le marché de Pujili et le cratère du Quilotoa

La plupart des habitants du village de Pujilí sont indigènes. Le  meilleur moment pour observer les coutumes et voir les habitants parés de leurs vêtements indigènes, ce sont  les jours de marché : mercredi et dimanche.

Contrairement à Otavalo, qui est principalement destiné aux touristes, le marché de Pujilí est encore une affaire locale. Les hommes et les femmes des villages voisins prennent tôt le matin,  leurs lamas et leurs ânes pour se rendre au marché et vendre leurs produits pour gagner un peu d’argent. Comme le marché de Saquisilí, c’est plus qu’un simple moment de shopping, c’est aussi une activité sociale importante, et les locaux s’habillent de leurs plus beaux vêtements et passent beaucoup de temps à parler avec les autres personnes. Le marché de Pujilí est connu pour la poterie d’argile et la céramique, qui sont également vendus sur le marché.

Pour une petite ville, elle a une histoire intéressante: les citoyens de Pujilí se sont battus courageusement dans la guerre d’indépendance. L’un des présidents de l’Équateur, le général Guillermo Rodríguez Lara, était originaire de Pujilí. La ville a été dévastée par un tremblement de terre en 1996, mais a depuis été reconstruite.

Quilotoa

Le cratère du Quilotoa

Après le marché, vous pourrez partir pour une balade en direction du cratère de Quilotoa, véritable joyau avec sa lagune aux eaux turquoise, d’une réelle beauté. Autour du cratère, vous pourrez partir en promenade ou profiter des eaux turquoise lors d’une sortie en kayak.

Le marché de Saquisili et le Parc National de Cotopaxi

Le marché de Saquisili est sans doute le marché indigène le plus ancien et le plus traditionnel d’Equateur. Il a lieu les jeudis. Les habitants des Andes viennent de la montagne avec leurs produits pour les vendre au marché ou faire du troc. Tout se trouve en grande quantité et à bas prix. On peut y trouver de la nourriture, du textile, de l’artisanat, des accessoires ménagers, des animaux (vaches, ânes, lamas, cochons, moutons, lapins)

A 30 minutes de là, se trouve le Parc National de Cotopaxi, zone protégée où se trouve le volcan enneigé du même nom. C’est le premier Parc National a avoir été créé sur le territoire continental du pays (1975) et le 2ème du pays. Son écosystème abrite plusieurs espèces arboricoles, en particulier des pins, ce qui rend l’endroit un pinifère sud-américain, comme toutes les forêts andines, les essences de cyprès, de pins, de sapins et de frênes sont essentielles. Egalement, on peut y trouver des mammifères comme les camélidés comme le lama, ainsi que des troupeaux de chevaux sauvages dans les secteurs nord et est du parc. Il y a aussi le cerf de Virginie, l’ours à lunettes, le couguar, les lapins sauvages, le loup paramo, le cervicabre, la moufette, l’opossum ou la raposa, la souris taupe et la belette des Andes. Les oiseaux les plus importants sont le faucon, le faucon, le canard, le hibou, le hibou, le caracara, le condor, le toucan andin et les colibris.

Parc national Cotopaxi

Parc national Cotopaxi

Au point de vue culturel, on peut y trouver les ruines de la citadelle de la culture Puruha. Culture indigène qui après l’an 1200 a habité  les régions correspondant aux provinces de Tungurahua et de Chimborazo. Les Puruha étaient des agriculteurs qui vivaient dans de petits villages cultivant les collines en terrasses des montagnes et des vallées. Leurs dieux étaient les volcans de Chimborazo et de Tungurahua, et selon leurs croyances, l’union de ceux-ci – le premier le premier et la seconde la femme – a initié l’existence du peuple Puruhá.

Le marché de Guamote

A une cinquantaine de kilomètres de Riobamba, se déroule chaque jeudi, le marché de Guamote, marché unique en Amérique du sud, très haut en couleurs. L’activité économique principale est l’agriculture dont les principales cultures sont les pommes de terre, les haricots et l’orge. Les villageois sont décidés principalement au commerce.

marche guamote

Marché de Guamote Photo : hiveminer.com/

Dans ce marché, l’un des plus importants marchés indigènes du pays,  les marchandises provenant des montagnes sont échangées contre des marchandises provenant des plaines ou de la zone côtière. Il y a un grand marché de bétail et de la volaille, mais aussi un marché du textile. Vous pourrez voir les étals non seulement dans les places de la ville mais également dans les rues. Depuis quelques années, plusieurs micro-entreprises se sont spécialisées dans l’artisanat, l’industrialisation des produits bovins ou la pisciculture.

Le marché de Zumbahua

A environ 4h de Quito, se trouve le marché de Zumbahua. La population indigène de Zumbahua se trouve dans les montagnes à 65 kilomètres à l’ouest de Pujilí, au pied des Andes ; Sa population est d’environ 2 000 personnes, dont des hommes, des femmes et des enfants.

Marché de Zumbahua  Photo : hiveminer.com/

Marché de Zumbahua
Photo : hiveminer.com/

Le marché de Zumbahua est célèbre pour son marché le samedi. Par temps clair, vous pouvez voir la Cotapaxi enneigée depuis les étals des vendeurs. Mais c’est l’activité au niveau des yeux qui présente le plus d’intérêt. Zumbahua est un marché de montagne typique où l’on vend des lamas et des chevaux, ainsi que des sculptures sur bois sculptées par des artisans locaux et d’autres objets d’artisanat. Ce marché n’est pas très fréquenté par les touristes ; Par conséquent, vous serez en mesure d’apprécier la vie d’une culture que peu de gens ont la possibilité de connaître. Vous verrez les femmes portant les marchandises sur leurs têtes et sur le dos d’un lama. Vous verrez des produits textiles raffinés. Et vous traverserez l’une des terres andines les plus difficiles que vous ayez jamais vues

Et aussi le marché de Tsalaron, Cajabamba….

Si vous souhaitez découvrir ces marchés et rencontrez les communautés andines, partez en Equateur sur l’un de nos programmes à la découverte de ce pays méconnu mais ô combien riche en couleurs, cultures, paysages…

Par Valérie