Blog Perou

La cordillère blanche dans les Andes péruviennes

Cette semaine, nous partons dans les Andes péruviennes au coeur de la Cordillère blanche.  Lorsque l’on parle du  Pérou, on pense tout d’abord aux sites archéologiques incas de la vallée sacrée, au Machu Picchu et au nord du Pérou avec les sites pré-incas. A juste titre, c’est  normal, mais on oublie parfois que le Pérou est une destination pour les amoureux de la nature et de grands espaces, où le voyageur pourra profiter de nombreuses merveilles de la nature avec les forêts, les sommets enneigés, les lagunes couleur turquoise et les glaciers.

PN Huarascaran

Glacier Hualcán et Laguna 513 / Crédit photo : Ministerio del Ambiente/Flickr

De Lima, la capitale péruvienne, on peut prendre le bus à travers le désert côtier pour monter progressivement en altitude où se trouve la Cordillère blanche qui tient son nom de ses hautes montagnes enneigées. Pour un amoureux de randonnée, d’alpinisme ou tout simplement un amoureux de la nature, les 8h de bus valent la peine, on y trouve de nombreux sommets à plus de 6000 mètres dont le plus haut sommet du pays le Huascaran (6 768 mètres), des glaciers, et des lagunes.. La période idéale pour s’y rendre est la période sèche entre mai et septembre.  Mais la région n’est pas connue uniquement pour ses magnifiques espaces, pour les amoureux de culture, c’est dans cette région que l’on peut trouver les sites de la culture Chavin. Les villes  de Huaraz  et surtout Caraz sont les points de départs de votre aventure à travers la Cordillère blanche. Caraz a d’ailleurs survécu au séisme de 1970 et mérite plus d’intérêt que Huaraz. A Caraz, vous pourrez également profiter d’un beau marché coloré.

Le Parc national Huascaran et le Puya de Raimondi

Le parc national de Huascarán est situé dans la partie centre-nord du pays, dans la région d’Ancash.  Sa superficie de 340 000 hectares fait de ce parc l’un des  plus emblématiques du pays car il protège l’une des zones présentant la plus grande diversité biologique et culturelle du Pérou. Le parc a été créé en 1975 et deux ans plus tard, a été déclaré Réserve de la biosphère par l’Unesco. Dix ans après sa création, il figurait sur la liste du Patrimoine mondial naturel de l’Unesco. Le parc national de Huascarán  présente de nombreux sommets enneigés avec des altitudes comprises entre 5 000 m. et 6 768 m.s. (Huascarán), environ 600 glaciers et 300 lagunes d’origine glaciaire. L’eau tient une grande importance dans la région car les bassins des rivières Santa, Marano et Pativilca sont alimentées par les glaciers et lagunes de la région.

parc national huascaran

Le Parc national Huascaran (Laguna Chinancocha – Quebrada Llanganuco)/ Crédit photo : Ministerio el Ambiente / Flickr

 

La région possède une grande variété de microclimats et une grande diversité de végétation. On y recense environ 779 espèces dont la curiosité de la flore andine, le Puya Raimondi, une famille spectaculaire de broméliacées, qui ne pousse que dans certaines régions du Pérou et de la Bolivie à plus de 4000 mètres d’altitude.

En ce qui concerne la faune, on y recense plus de 120 espèces d’oiseaux et une dizaine d’espèces de mammifères. Parmi les oiseaux les plus remarquables, on trouve le condor des Andes, le canard des torrents et la perdrix de puna, le jargon de canard, le canard de cordillerano. Il y a aussi le plongeur, le foulard géant, le goéland des Andes. Parmi les mammifères, on trouve le chat sauvage, le chat andin, l’ours à lunettes, le taruca de ruminant avec de grandes cornes plus grandes que le cerf et la vigogne. Les autres espèces importantes sont le cerf gris, le puma, le vizcacha, la belette, l’anaz, le renard andin, entre autres.

La civilisation Chavin : Chavin de Huantar

A trois heures de Huaraz, se trouve l’une des ruines pré-incas les plus importantes du Pérou, Chavín de Huántar, inscrite au Patrimoine de l’Humanité par l’Unesco en 1985. Entre 1500 et 300 avant JC,  la culture de Chavín a prospéré et a atteint un haut degré de perfection dans la sculpture sur pierre. La culture Chavin aurait été la première civilisation à travailler les matières premières comme l’or, le fer, le cuivre, et l’argent.

Chavin de Huantar  Credit photo : Wikipedia

Chavin de Huantar
Credit photo : Wikipedia

On vient de trouver sur le site trois galeries souterraines contenant les premières sépultures humaines de la période Chavin.

Vous pouvez retrouver des collections de cette civilisation au Musée du Quai Branly à Paris qui a organisé deux expositions sur le Pérou.

Pour arriver sur le site, on traverse le col de Kahuish, le deuxième plus haut tunnel de montagne au monde à 4 516 mètres d’altitude. Chavín de Huántar a été l’un des principaux centres de pèlerinage des Andes pendant des siècles. Les ruines ne sont pas les plus spectaculaires au Pérou, mais elles ont une grande valeur historique. On peut aussi profiter de la ville de Chavin qui est l’une des plus belles de la région.

Paradis pour les randonneurs 

La région est un véritable petit paradis pour les randonneurs. On peut partir pour une journée ou pour un trek de longue durée en fonction du temps que l’on souhaite consacrer à cette région et de sa condition physique. Avant de partir en trek sur plusieurs jours, il est préférable de s’acclimater. En général, on s’habitue par la cordillère noire entre montagnes et lagunes . De la cordillère noire, on peut prendre de magnifiques photos de la cordillère blanche. La cordillère noire est peuplée par une population majoritairement indigène qui cultive le blé, le maïs, l’avoine à plus de 4000 m d’altitude. Les villages de la cordillère noire ne rencontrent pas beaucoup de touristes et l’on peut interagir avec les locaux qui pour la plupart ont conservé un mode de vie intact. La cordillère est riche entre ressources minérales comme l’or, l’argent et le cuivre.

Voici des excursions réalisables en une journée :

La laguna Paron

La Laguna Paron,  à  4200 m d’altitude,  est entourée de sommets enneigés spectaculaires, dont la pyramide de Garcilaso (5885 m), semble particulièrement brillante. La route vers le lac traverse un canyon avec des murs de granit de 1000 m de haut – cette route est aussi spectaculaire que le voyage plus connu de Llanganuco.

Laguna Paron / Crédit photo : Wikipedia

Laguna Paron / Crédit photo : Wikipedia

La Laguna Paron est le plus grand réservoir naturel d’eau douce de la Cordillère blanche et de la région d’Ancash. Le site a été déclaré Patrimoine culturel de l’Humanité par l’Unesco en 1985. Les randonneurs en forme et acclimatés peuvent se rendre au lac en une longue journée.

La laguna 69

Près  de la ville de Yungay, se trouve la Laguna 69, beaucoup immortalisée sur instagram. Située à 4600 m d’altitude, c’est l’une des 400 lagunes appartenant au Parc national  de Huascarán.

Laguna 69 / Crédit photo : Esmée Winnbust / Flickr

Laguna 69 / Crédit photo : Esmée Winnbust / Flickr

En saison de fonte, la lagune est alimentée par une cascade qui tombe du glacier Chacraraju. C’est l’une des destinations touristiques les plus importantes de la région, visitée principalement par les amateurs de randonnée et d’alpinisme, étant donné son accès facile et ses vues spectaculaires. On met quelques heures pour y accéder mais ensuite c’est le bonheur total avec ce lac couleur turquoise.

Le glacier Pastoruri

Le glacier Pastoruri est situé à l’intérieur du Parc National de Huascaran. Son front, se trouve à 5000 mètres au dessus du niveau de la mer et a été pendant des décennies l’attraction principale de la Cordillère blanche. En 2007, en raison du recul alarmant de la glace, les autorités du parc ont fermé l’accès aux visiteurs. Puis, en 2011, après avoir supposé que ce qui faisait fondre la glace était le réchauffement climatique et non les touristes, ils ont réouvert son accès.

glaier Pastoruri

Glacier Pastoruri / Crédit photo : Ministerio del ambiente/Flickr

Ce n’est pas le seul glacier qui a subit les effets du réchauffement climatique. On estime que 27 % de la masse de glace des Andes centrales ont disparu au cours de ces 30 dernières années.

Le canyon del Pato

Le canyon de Pato est situé entre la cordillère blanche et la cordillère noire, il a été creusé par la rivière Santa. Pour circuler, une route a dû être construite dans la montagne.  Cette route est l’une des plus dangereuses au monde avec ses 39 tunnels et ses pentes assez vertigineuses et s’étend sur 25 km.

Ce n’est qu’un aperçu de ce que nous pouvons voir lors d’un court séjour dans la cordillère blanche. Ce voyage peut se réaliser en même temps d’un voyage dans la vallée sacrée et pourquoi pas continuer ensuite jusqu’au nord du Pérou. N’hésitez pas à nous contacter si vous souhaitez faire une escapade nature lors de votre voyage au Pérou.

Par Valérie